New Tone Jazz Quartet

New Tone Jazz 4tet est l'une des formations régionales (avec Zenza) qui s'est produit au cours de la 9ème édition du Reims Jazz Festival. Le Vendredi 23 novembre, le groupe composé de musiciens originaires de Reims et des environs a ouvert la soirée qui présentait Rabih Abou Khalil en tête d'affiche.

Quelle est l’histoire du New Tone Jazz Quartet ?

Christophe Sabbioni NTJQ existe depuis une bonne dizaine d'année. Départ de deux musiciens. Un concert à préparer (1ère partie de Michel Portal, à Gauchy). Manu fût le premier à intégrer la "nouvelle équipe". J'ai donc rencontré Michel, (Coppé) lors d'un boeuf au Kraft (club de Reims aujourd’hui fermé), la première répétition suivi rapidement. Donc, notre 1er concert, le 10 mars 2000, avant Portal ! Ensuite, une envie commune de travailler sur d'autres compositions.

Manu Bontemps En ce qui me concerne, j'ai commencé à étudier la musique (contrebasse et solfège) à l'âge de 21 ans : cours du soir au conservatoire et une formation (Body & soul). Difficile de commencer à travailler en groupe alors que je venais d'acheter ma contrebasse. Ensuite, une autre formation,"Whisper not", des standards essentiellement vocaux. Puis la rencontre avec NTJQ et la première partie de Portal.

Dominique Tassot Aventure commune avec deux musiciens avec lesquels nous enregistrerons deux CD "Le Bigorneau qui chante" (1997) représentant un essai... et "Fulgurance" 1999 vec un invité Jean Gobinet. 2001, Christophe et Manu viennent nous rejoindre suite à l'arrêt des 2 musiciens et permettent au groupe une évolution remarquable du répertoire dans l'interprétation et les recherches de traitements des morceaux. C'est un moment étonnant puisque les circonstances de l'époque obligent à une mise en commun de 4 morceaux dans le cadre d'une première partie de Michel PORTAL à GAUCHY alors même que nous nous connaissions depuis à peine trois semaines !! (on s'est tous dit ensuite qu'on était inconscient mais la passion!)

Quelles inspirations personnelles et collectives pour quel répertoire ?

Christophe Sabbioni Pour ma part, je n'ai pas encore le plaisir de composer : en fait, je n'ai jamais vraiment essayé ! Mais, les musiciens qui me font vibrer sont Michael Brecker, Kenny Garret, Dexter Gordon, Charlie Parker, Pat Metheny, Chris Potter, Steve Coleman, Herbie Hancock, John Coltrane, Miles Davis, Cannonball Adderley, Michel Camilo...bref des gens très différents, dont j'aime le son , les phrases, l'énergie, l'originalité, les styles différents. Quant à notre répertoire, il existe principalement grâce à Michel, et il évolue régulièrement. Je pense que l'on peut y trouver des influences de musiques folkloriques de l'Est mais aussi de Bretagne. Les compositions sont aussi ouvertes aux musiques du Maghreb...bref, ouverture sur les musiques du monde, mais , mais, mais...le côté jazz, swing de la chose reste présent. Nous avons aussi la volonté de ne pas faire de la musique "standard", ou trop conventionnelle. Et puis le dernier album de Chris Potter a stimulé tout le monde, puisque les deux nouveaux morceaux ont des mesures bancales !

Dominique Tassot Nous développons un style issu des réflexions de Michel (musique à caractère ethnique construite autour du swing) dont les accents permettent chez moi de mettre en avant certains aspects de la culture Malgache au milieu de laquelle j'ai beaucoup grandi...

NTJQ a joué en 1ère partie de Rabih Abou Khalil au Reims Jazz Festival. En quoi cette expérience a enrichi le groupe ?

Christophe Sabbioni A l'évidence, que ce soit avant Rabih ou quelqu'un d'autre de connu, le fait d'avoir pu jouer sur une scène comme celle-ci, dans un tel contexte, fût pour nous quatre, un moment très fort. En plus, pour ma part, j'adore la musique de Rabih ! alors inutile de dire que cette soirée fût pour moi exceptionnelle ! Pour le groupe, et bien je pense (et nous pensons) que cela a "cimenté" le groupe. Nous avions tous la pression, c'est sûr, mais elle était positive. Et lorsque nous sommes arrivés sur scène pour jouer, (ce fût le cas pour nous quatre), plus du tout de trac ou autre pression ! une envie très forte de jouer ! de se faire plaisir avant tout, et de donner (on l'espère) du plaisir !! C'était un sentiment (pour moi) vraiment incroyable ! dans le sens où aucun de nous n'a l'habitude de ce genre de scène, et que nous aurions très bien pu avoir un trac pas possible, et perdre confiance ! Non !! ce fût vraiment le contraire ! Nous avons consolidé notre confiance individuelle et collective ! Et nous sommes tous prêts à recommencer autant de fois que possible !

Manu Bontemps Aujourd'hui, je pense qu'il y a eu une étape de franchie grâce à notre participation au Reims Jazz Festival. On a réussi l'essentiel en offrant notre musique. Je dis "offrir" car la musique est un don (quel que soit le niveau,il faut se donner...).

Dominique Tassot Christophe dit qu'il s'agit d'un "ciment" et de toute évidence, je le suis volontiers dans son sentiment car depuis, le travail régulier et les interactions toujours humaines entre les acteurs ont sans doute permis notre passage dans le cadre du Reims Jazz Festival. Quelle émotion à l'évocation de ce grand moment! là encore Christophe dépeint le principal tant nos réflexions furent communes à ce sujet : une équipe d'une énergie énorme, toujours disponible, attentive aux perceptions de chacun et toujours capable de trancher au bon moment pour servir les intérêts de la musique ! Un plateau d'excellence lorsque l'on considère la prestation des musiciens invités : ce fut d'une très haute tenue !

Dominique Tassot Etre confronté à ce contexte nous a fait encore une fois mieux mesurer l'écart car de toute évidence nous ne savions pas très bien si nous n'allions pas représenter une fissure dans cette dynamique particulière. Cela peut néanmoins permettre aux plus petits de ce transcender et je pense à beaucoup de musiciens régionaux dont l'envergure sur de telles scènes pourrait aussi être remarquée.
Après ce passage, évidemment une grande énergie se dégage du groupe et nous pouvons parler encore une fois d'évolution puisque ce genre de confrontation nous pousse à réfléchir davantage la structure des morceaux. Le "chantier" actuel tente de mettre en place des conceptions plus complexes mais cependant sans sacrifier l'essentiel ce qui nous permet de remettre en cause nos routines de fonctionnement pour continuer à évoluer...oui mais vers quoi......?

Quel est le regard que vous portez sur la scène régionale ?

Heureusement qu'elle existe ! Qu'est-ce qu'on verrait nous, ici à Reims ? Elle est de grande qualité.

Les projets : concerts, enregistrements…

Christophe Sabbioni Des concerts ? et bien, quelques-uns, mais pas maintenant. En fait c'est un enfer de prospecter pour pouvoir jouer. En attendant, on songe très sérieusement à enregistrer un album, probablement courant 2003. Nous en sommes encore à l'étape de réflexion, et on se pose la question s'il ne serait pas intéressant à tous niveaux d'inviter des musiciens d'horizons différents selon les morceaux. Ensuite se posera (et déjà un peu maintenant), le problème de la diffusion. Car on ne veut pas faire un CD pour faire un CD, si c'est pour que ça reste dans des cartons, ce n'est pas la peine. Puis, on espère, des concerts de façon régulière.

Manu Bontemps NTJQ est une formation en évolution, des nouveaux morceaux à chaque concert, une amitié nécéssaire à la création collective, de la confiance aux autres....Bref, un travail sérieux sans prétentions péjoratives ! Dominique Tassot Le festival de Reims : événement ponctuel ou possibilités nouvelles pour nous ? Heureusement que l'on nous fait confiance sur ce terrain malgré la prise de risque mais il est vraiment dur de se produire et notre structure ne possède pas les moyens d'une véritable diffusion malgré la présence efficace de l'ORCCA qui en la matière fait déjà beaucoup...Nous naviguons donc, comme tous, entre certitudes (possibilités musicales, travail de groupe) et incertitudes (statut des intermittents qui pose inévitablement la question des aspects culturels et de la volonté de leur développement) Sans se poser trop de questions nous continuons et sommes prêts musicalement comme en témoigne la dernière création de Michel : une suite pour quatuor à cordes et quartet de jazz que nous voudrions pouvoir présenter au printemps 2003...

Propos recueillis par Jean Delestrade