Chris Speed

Quelques questions à propos de Skirl Records...

Chris Speed prend les choses en main. Nous connaissions le Chris Speed musicien, voici maintenant qu'il se lance dans l'aventure du disque. Le saxophoniste et clarinettiste a créé voici quelques temps un label : Skirl Records. Avec l'envie de permettre à des musiciens, qui sont aussi ses amis, de faire découvrir au plus grand nombre la musique improvisée et expérimentale de New-York. Symbole de cette scène, le groupe Human Feel (Chris Speed, Andrew D'Angelo, Kurt Rosenwinkel et Jim Black), s'est d'ailleurs reformé à cette occasion pour une série de dates en Europe. Lors d'un de ces concerts, à Troyes, nous avions d'ailleurs réussi à nous procurer leur dernier disque, Galore. Disque formidable qui valait bien de questionner Chris Speed sur cette initiative que nous ne pouvions que soutenir et applaudir...

Quand et comment Skirl Records est né ?

J'avais l'idée de Skirl en tête depuis un bout de temps, mais c'est l'année dernière que j'ai pris mon courage à deux mains pour me lancer. Se lancer, c'était convaincre mes amis musiciens de me faire confiance, décider des amis de travailler sur une ligne artistique visuelle, et trouver de l'argent bien évidemment. En avril 2006, nous avons sorti trois premiers albums (Ted Reichman, Curtis Hasselbring et The Clarinets), nous avons fait un grande fête avec un tas de musiciens et maintenant nous y sommes vraiment !

Existe-t'il un "esprit" Skirl Records ?

Je pose juste un cadre autour de cette scène déjà existante. C'est aussi simple que ça.

Comment Skirl Records est-il distribué ?

Et bien, ça aide d'avoir des groupes qui tournent. Enchaîner l’enregistrement de disque et des tournées pour jouer cette musique. Avoir de la presse est évidemment du bonus et nous avons la chance d'être vendu à la Downtown Music Gallery (ndm : un magasin de disques new-yorkais spécialisé dans les musiques d'avant garde).

Aux vues de mes expériences, c'est la seule façon de distribuer le genre de musique que nous faisons, d'autant plus que nous n'avons pas des milliers de dollars à dépenser dans la publicité. En même temps c'est super de pouvoir trouver nos disques dans des magasins... mais ça veut dire réussir à convaincre des distributeurs. Grande partie de plaisir !

Pour l'instant, nous sommes distribués par Adlib en Europe, Carrot Top pour les Etats-unis, Disk Union pour le Japon et de façon aléatoire par quelques petits distributeurs ou boutiques spécialisées. Il est également possible de commander les disques par l'intermédiaire de notre site ou d'Amazon. Ou le télécharger sur Itunes, mais je préfère vraiment que les gens aient l'objet.

Design et package ?

Tout a été réalisé par Hjalti et Jan de Karlssonwilker inc à New-York. Nous avons vraiment de la chance de pouvoir compter sur eux. Ils ont tout de même le Guggenheim Museum et MTV comme clients, excusez du peu...

Est il difficile pour les musiciens de la scène que tu représentes de trouver un label ?

C'est dur pour tout le monde de rendre sa musique accessible au plus grand nombre. Trouver un label qui te donne un budget décent pour travailler, qui distribue tes disques et qui peut être t'aide à faire des concerts... Si en plus ta musique est expérimentale et créative comme celle de la scène dont tu parles, bonne chance ! Le paradoxe est que ces labels, je veux dire les labels qui prenaient ces risques, n'existent plus.

Comment se fait le choix des projets du label ?

Il y a tellement de musiciens incroyables qui n'ont pas encore eu la chance d’enregistrer un disque dans de bonnes conditions. Ce sont les mêmes qui sont mes amis ou des musiciens avec lesquels j'ai l'habitude de jouer dans différents projets. J'insiste sur le fait que Skirl Records a été créé pour donner une maison à des projets ou des artistes que je connais, que je respecte et en qui je crois.

La création de Skirl Records correspond à la reformation de Human Feel...

C'est le cas, en effet. Nous avons commencé il y a 20 ans, et nous produisons toujours nous même notre musique...

Quels sont les prochains enregistrements ?

Notre dernier projet est celui de Mary Halvorson, Jessica Pavone et arrive le trio d'Andrew D'Angelo avec Jim Black et Trevor Dunn.

Propos recueillis par Jean Delestrade

www.skirlrecords.com

www.chrisspeed.com