Mary Halvorson

Depuis quelques temps, de par certaines lectures et écoutes, le nom de la guitariste Mary Halvorson revenait assez souvent. Un Chris Speed élogieux, tout comme Trevor Dunn... Voilà quelques éléments qui méritaient une recherche approfondie. Voici donc une rencontre avec la jeune guitariste originaire de Boston.

Comment as-tu débuté la musique et pourquoi avoir choisi la guitare ?

J'ai commencé par le violon à l'âge de 7 ans. Mon père m'a dit un jour : "Ne joue pas de violon, c'est pénible. Tu devrais essayer la guitare". Je ne l'ai pas écouté et j'ai continué à jouer du violon. Et puis cinq ans plus tard, j'ai décidé d'arrêter le violon parce que je commençais à détester ça et j'ai voulu me mettre à la guitare (surtout parce que j'adorais Jimi Hendrix !). J'ai acheté une stratocaster noire et blanche. Mon premier professeur a été un guitariste de jazz et c'est la raison principale pour laquelle je me suis intéressée à cette musique, également grâce aux disques de mon père.

Et puis tu as quitté Boston pour Brooklyn et la sa scène d'improvisation d'avant-garde...

J'ai arrêté le lycée à 21 ans pour me consacrer pendant un an à la musique à la New School. Cela a été ma première expérience à New-York, et après quelques autres séjours dans cette ville, je me suis rendue compte que c'était vraiment là que je voulais vivre. Pendant un an, je suis allé écouter des concerts chaque soir. En fait, ce qui m'excitait le plus dans tout ça, ce n'était pas particulièrement les musiciens que je pouvais écouter, mais plutôt par l'idée de toute cette musique en constante création. Chaque soir il y avait deux ou trois concerts que je voulais absolument voir ! Je me souviens avoir été complètement soufflée par Tim Berne, Mark Dresser, Joe Morris et Joseph Jarman et pour n'en citer que quelques uns. Pour moi, il se passe tellement de choses à Brooklyn, que je ne me suis jamais lassée : il y a toujours des musiciens à découvrir et des directions à explorer.

Quels sont les premiers musiciens avec lesquels tu as joué en arrivant ?

Je pense que ça doit être Mike Pride, Trevor Dunn et Jessica Pavone.

Comment as-tu rencontré Anthony Braxton et Trevor Dunn ?

Je connais Anthony parce que j'ai étudié à la Wesleyan University et que j'ai suivi ses cours, joué dans ses petits et grands ensembles. Je suis consciente de la chance que j'ai de pouvoir travailler avec lui aussi souvent. C'est un personnage incroyable, et sa musique par sa connaissance et son énergie sont une véritable source d'inspiration pour moi.

Concernant Trevor, je l'ai rencontré dans le groupe de Mike Pride The MP3 qui a été l'un des premiers groupes dans lesquels j'ai joué en arrivant à New-York. C'est un peu plus tard que j'ai travaillé avec lui sur Trio-Convulsant. Mes expériences dans ce groupe ont été toutes aussi enrichissantes que celles avec Anthony, mais différentes...

On parle de la "Brooklyn downtown scene" : c'est un lieu de rendez-vous pour les esprits créatifs. Quelle est l'atmosphère qui y règne ?

C'est génial. Il y a eu un vrai changement, glissement depuis Manhattan vers Brooklyn depuis plusieurs années. Plein de musiciens habitent dans le coin, les clubs sont nombreux et les rendez-vous intéressants, ce qui permet de soutenir cette scène. C'est une communauté de pensée très stimulante, les musiciens se supportent les uns les autres dans une démarche créative et ouverte...

Mary Halvorson et Jessica Pavone ?

J'ai rencontré Jessica juste après être arrivée à New York. Nous avons été voisines pendant de longues années. Elle n'a pas suivie de cours à la Wesleyan University et nous ne nous y sommes pas rencontrées comme la presse le pense... Bref, nous sommes de très bonnes amies et la musique que nous jouons ensemble se construit de façon très naturelle. Je me souviens de la première fois où nous avons décidé de jouer ensemble, nous avons chacune ramené des compositions et nous nous sommes fait très peur : sans jamais avoir parlé avant de ce qu'on voulait faire, nous avions produit des compositions quasiment identiques ! Je crois que notre connexion musicale reflète parfaitement notre amitié : nous arrivons facilement à finir les phrases de l'autre....

Quelle est la part du jazz dans ton travail ? Quel est ton ressenti par rapport à un certain héritage du jazz ?

Je ressens une grande influence du jazz dans ma musique; c'est la musique dans laquelle j'ai grandie et que j'ai toujours étudié. En même temps, je n'ai pas envie de penser le jazz comme une influence évidente, mais plutôt comme subconsciente. Je suis évidemment également réceptive au rock, à la musique classique et à toutes les musiques que j'ai écouté. A vrai dire, ce n'est pas tellement important que ma musique soit placée dans la catégorie "jazz", bien que je sois convaincue que ma musique conserve toujours un quelque chose de jazz, même quand je joue dans un groupe de rock, ou une musique très écrite.

De quelle manière l'improvisation dans la musique peut influencer ta façon de vivre au jour le jour ?

Je crois qu'en jouant ce type de musique et d'essayer de la faire vivre, on adopte forcément le style de vie qui va avec. Une vie qui est risquée et souvent financièrement instable, peut entraîner à faire des choses pas forcément prévues, beaucoup de travail et de volonté. C'est définitivement une philosophie de vie.

Où en es-tu dans l'évolution de ta carrière ? Des enregistrements en vue ?

J'ai toujours énormément de choses à apprendre. Je crois que les musiciens qui pensent tout savoir ne pourront jamais progresser. Pour le moment mes deux projets sont le duo avec Jessica Pavone dont j'ai parlé un peu plus haut, et un groupe d'avant-rock, People, avec moi-même à la guitare et à la voix et Kevin Shea à la batterie et également à la voix. Ces deux groupes ont enregistré un disque et devraient en sortir un deuxième cet été. Pour le moment, je souhaite développer ces projets, mais qui sais ce qui pourrait arriver. J'ai composé des pièces pour piano solo que je jouerai cet été à New York. Et puis j'ai toujours voulu avoir mon propre trio guitare/contrebasse/batterie. Je suis sûre que j'écrirais de la musique pour ça un jour....

Entretien réalisé par Jean Delestrade

www.maryhalvorson.com