Hilmar Jensson

Interview pour macao du guitariste Islandais, que l'on a pu entendre notamment aux côtés du batteur Jim Black.

D'où viens-tu et quel a été ton premier contact avec la musique ?

J'ai grandi en Islande et j'ai commencé à m'intéresser à la musique avec mon père vers 6 ans quand il m'a montré quelques trucs à jouer avec une guitare. A vrai dire, je n'ai rien fait de plus jusqu'à ce qu'à 9 ans je commence un groupe avec mon oncle qui chantait et jouait de la basse, un pote de la batterie. Le batteur en question s'appelle Mathias M.D Hemstock avec qui je joue encore souvent ! J'ai déménagé en Suède avec ma famille lorsque j'étais ado et j'ai commencé à prendre quelques cours, à jouer dans divers groupes de rock. Et c'est là, aux alentours de mes 15 ans, que l'intérêt pour le jazz et les musiques improvisées m'est venu. J'ai d'abord écouté de la fusion genre Return to Forever ou Weather Report et tout est né de cette musique.

Tu as habité à New-York me semble t'il... Pourquoi le choix de cette ville et pas Berlin où se retrouvent beaucoup de musiciens nordiques ?

J'habite aujourd'hui en Islande depuis que je suis revenu des Etats Unis il y 10 ans. J'ai étudié à Berklee (Boston) et après j'ai vécu à NY. Mais même si cette ville est un véritable creuset pour la création, il est tellement dur d'y vivre correctement et d'avoir un permis de travail... j'ai une femme et deux enfants et j'ai préféré les voir grandir ici ou la vie est plus "clean".

Que dire de la scène musicale islandaise ? Que nous conseilles-tu ?

La scène musicale islandaise est très intéressante. Bien sûr il existe un tas de groupes sans intérêt qui n'ont pour objectif que de devenir populaire. Mais il y a aussi des groupes et des musiciens excellents, Björk évidemment, Sigur Ros, Mugison, Mum, Johan Johannsson, Stillupsteypa et d'autres. Je fais aussi parti d'un collectif artistique qui s'appelle Kitchen Motors qui est en fait regroupement de pas mal des groupes dont je viens de parler... Je joue rarement en Islande, mais quand c'est le cas, c'est avec Kitchen Motors ou des musiciens de passage.

Il semblerait que Skuli Sverrisson soit ton bassiste préféré...

C'est une longue histoire, Skuli et moi. Nous sommes amis depuis plus de 15 ans, mais nous ne sommes pas seulement amis car nous travaillons également ensemble. Et c'est un spécimen rare, avec beaucoup de talent. Aujourd'hui, je joue avec beaucoup d'autres bassistes comme Trevor Dunn qui est le seul qui me vient à l'esprit et qui est également étonnant.

AlasNoAxis est un succès : peux-tu nous en dire plus sur ce groupe ?

Et bien, je ne sais pas ce que tu entends pas succès ! Nous avons enregistré un nouveau disque et j'espère que les ventes se portent bien. Nous avons fait une tournée l'année dernière, qui elle n'a pas été un succès en termes financiers !

Mais c'est vrai qu'à mon avis c'est un succès musical et cela vient du fait que nous sommes vraiment très proches les uns des autres. Nous nous connaissons tous depuis au moins 15 ans : nous nous sommes rencontrés à Boston et depuis nous avons toujours joué ensemble. Et même habité ensemble avec Jim et Chris.

Parlant d'AlasNoAxis, Jim Black me disait que ce groupe était quelque chose comme "beauté vs chaos".

Comme je te le disais, nous nous connaissons depuis longtemps et nous avons donc beaucoup de références communes. Tu pourrais nous situer entre musiques improvisées, noise, electro, musiques expérimentales... Mais nous nous intéressons aussi au rock de qualité, la pop et le punk qui sont des éléments combinés dans notre musique.

Justement, il est difficile de te saisir "musicalement", ce qui doit te faire plaisir : experimental ? post grunge ?

Je suis influencé par le jazz, principalement par Miles, Bill Evans, Keith Jarrett, Bill Frisell, John Scofield et Paul Motian. Tous des coupables idéaux ! Quand j'étudiais à Berklee j'ai rencontré tout un tas de musiciens comme Jim, Skuli, Chris (Speed), Chris Cheek, Seamus Blake, Dan Rieser, Jill Seifers, Kurt Rosenwinkel, Jeff Parker, Jorge Rossy et d'autres... J'ai aussi commencé à écouter beaucoup de free jazz : Ornette, Albert Ayler, Paul Bley...

Et puis juste après j'ai découvert d'autres musiques avec Morton Felman, John Cage, Jim O'Rourke, Blonde Redhead, John Zorn, Kevin Drumm, Steve Reich et beaucoup de musiques bulgares.

Avant la naissance d'AlasNoAxis, je me suis remis à jouer des trucs très rock, ce que je n'avais pas fait depuis mon adolescence ! Cela m'a ouvert les oreilles sur des horizons différents, me rendant compte qu'il y avait un nombre incalculable d'excellentes musiques et que je passerais bien ma vie à les écouter, à ne faire que ça...

Propos recueillis par Jean Delestrade

www.hilmarjensson.com