Winter & Winter

Mariko Takahashi et Stefan Winter ne sont pas seulement des fins cuisiniers, ils ont également eu l'excellente idée de co-fonder le label Winter & Winter. Nous lui devons quelques-uns des albums décisifs de la dernière décennie. L’enregistrement Big Satan (Berne-Ducret-Rainey), Charm of Night Sky de Dave Douglas, le travail d’Uri Caine autour de Mahler ou son incroyable trio Bedrock, l’Electric Be Bop Band de Paul Motian et les incontournables disques de l’AlasNoAxis de Jim Black (dont le dernier opus Habyor sort ces jours ci. Stefan Winter, co-fondateur du label nous éclaire.

La naissance du label Winter & Winter : quand ? qui ? pourquoi ?

Mariko Takahashi et Stefan Winter sont les propriétaires de ce label qui est né à la fin de 1995. Mais les premiers albums sont sortis au cours de l’été 1997 : « Primal Light » d’Uri Caine, Venezia la Festa et « Bach Cello Suites » de Paolo Beschi. Nous faisons tourner Music Edition Winter & Winter  comme une maison d’édition de littérature. Notre volonté est de travailler rétrospectivement, au présent mais aussi en recherchant l’innovation. Nous avons un concept éditorial et croyons en la musique comme un composant essentiel de l’humain, de la culture et de la société. La musique est notre sujet.

Quelle est la ligne artistique directrice ?

Pour l’instant, les influences sociales sont très importantes. Notre musique doit être comme une cicatrice, le symbole de la violence et de la guérison.

Vous défendez une musique inventive (Noël Akchoté, Big Satan entre autres). Mais « l’objet » disque est également très important, différent : le graphisme, les visuels…

Si la musique n’est pas assez suggestive pour ne pas intéressé sans informations ou explications, autant l’oublier ! Si vous avez besoin de précisions, vous pouvez la trouver dans des bouquins ou sur internet. Nous faisons de la musique, mais pas sur la musicologie. C’est le boulot des journalistes… Nous croyons même que le texte peut nuire à la compréhension de la musique.

Jim Black sort son quatrième album chez Winter & Winter. Qu’en est il ?

Stefan Hentz a écrit un très beau texte sur ce nouvel album Habyor. Je ne saurais dire mieux ! (lire le texte ici)

Vous organisez également des expositions de peintres, graphistes, photographes. Pouvez vous nous en dire plus sur cette partie de votre travail ?

Nous travaillons effectivement avec des peintres, des photographes, mais aussi des designers graphiques. Le dialogue qui s’instaure entre l’art et ces œuvres avec la musique est très important pour nous. Dans notre siège de Munich nous accueillons en permanence une exposition. L’art fait partie intégrante de notre vie. Les productions de Winter & Winter sont le résultat de l’été de nos vies…

Les projets à venir… 

Lornezo Ghielimi's Bach après une biographie de Bach par Forkel. Cuardernos de Mexico, un journal musical d’un voyage à Mexico. The Chestnut Ball qui sera enregistré au festival de Munich en juillet : un cabaret-opéra à propos d’Alexandre VI et Savonarola.

Propos recueillis par Jean Delestrade

www.winterandwinter.com