Francesco Bearzatti

Une grande partie du public français l'a découvert aux côtés d'Aldo Romano avec Because of Bechet et il invite à présent le batteur et Emmanuel Bex pour former le Bizart trio avec qui il enregistre très prochainement un deuxième album.

Après une partie de votre carrière en Italie, le public français vous a découvert lors de votre participation au projet « Because of Bechet » avec Aldo Romano. Quel souvenir tires-tu de cette expérience ?

Participer à cette aventure a véritablement été quelque chose de super pour moi. J’ai beaucoup appris avec Aldo, notamment concernant la musique, des genres de choses que seulement un « gourou » comme lui peut apprendre à d’autres musiciens.

Tu joues de plusieurs instruments, dont la clarinette. Après des musiciens comme Bechet ou Goodman, la clarinette est passée de mode. Quelques musiciens essayent de l’utiliser de nouveau comme Chris Speed...

Tu parles là de mes deux clarinettistes favoris : Benny Goodman était le plus swinguant des clarinettistes de son époque. Chris, qui est un bon ami, est l’un des musiciens les plus originaux actuellement et il a un son incomparable. Pour ma part, je pense que la clarinette avec toutes ces spécificités (les couleurs, l’amplitude de son) va retrouver toute la place qu’elle mérite dans les années à venir.

Bizart : pourquoi le choix de cet orchestration sax & clarinette / Hammond / batterie ?

Nous jouions déjà ensemble avec Emmanuel Bex et Aldo Romano dans le 5tet « Because of Bechet ». Et j’ai trouvé qu’ensemble, quelque chose de vraiment spéciale entre nous. Dès que j’ai eu l’opportunité d’enregistrer ce disque, je les ai appellé.

C’est un album très éclectique : hard-bop, groove, rock…

J’ai d’abord étudié la musique classique. J’ai ensuite grandi au milieu du rock et j’ai écouté toutes les musiques qui me donnaient de l’émotion. Que ce soit jazz, pop, électro, funk ou ethno… Ce qui m’attire dans la musique, c’est l’esprit qu’elle dégage. Ma musique est bien sûr une synthèse de ma personnalité bizarre.

Les jazzmen italiens sont très appréciés en France, particulièrement les saxophonistes : Stefano di Battista, Rosario Giuliani…

Je suis très heureux de pouvoir jouer régulièrement en France. Je crois que le public français est celui qui est le plus réceptif. Et j’apprécie que les français défendent leur culture plus que tout autre pays du monde.

Des nouveaux projets ?

La semaine prochaine, je serais en Equateur avec mon trio et j’enregistre dès la fin du mois un nouvel album avec le nouveau Bizart trio.

Propos recueillis par Jean Delestrade

www.francescobearzatti.com