Sébastien Paindestre

"Écoutez-moi" est le titre du disque que le pianiste Sébastien Paindestre a enregistré en compagnie de Jean-Claude Oleksiak et Antoine Paganotti, et qui va sortir ces jours-ci. Il répond à quelques-unes de nos questions à cette occasion.

Pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

Sous l'impulsion d'Alain Béguin (percussionniste, Directeur artistique de "la nuit des Musiciens"), j'ai intégré la classe de piano classique de l'E.N.M.D de Montreuil de Sylvie Irla et Olivier Chauzu. J'avais 16 ans, un an de clavier dans les doigts et une envie terrible de jouer du piano et de découvrir les œuvres du répertoire classique, en particulier celles de Chopin, Bach et surtout Mozart. J'ai découvert le Jazz deux ans plus tard en côtoyant entres autres David El-Malek, Franck Oberson et François Homps dans la classe de J.C Fohrenbach et Didier Levallet. J'ai participé au projet "70 ans de Jazz revisité" sous la coordination artistique de Jean-Louis Méchali au conservatoire de Bagnolet, ce qui m'a permis d'accompagner lors de plusieurs concerts Pierre Blanchard, Pierre Olivier Govin, Jean-François Canape et Michel Godard. J'ai réalisé mon premier "gig" en 1993 en accompagnant David El-Malek, mais après différents passages dans des formations diverses, j'intègre mon premier orchestre régulier en 1997 dans le groupe du saxophoniste alto Franck Roger, "Now Blues Quartet" avec Jean-Claude Oleksiak à la contrebasse et Benoîst Raffin à la Batterie. Ma rencontre en 1999 avec la chanteuse Cristine Combe et le pianiste Jacques Labarrière et Eve Griliquez pour le spectacle sur Boris Vian "On est pas là pour se faire engeuler" a été décisive sur le choix d'une carrière professionnel. J'ai eu ma médaille d'or en jouant en trio avec le contrebassiste Emmanel Brunet et le batteur Benoist Raffin, c'est à ce moment là que l'envie de jouer avec ce format plus souvent est devenue très présente.

Quels musiciens vous ont marqué ?

John Coltrane et Mc Coy Tyner m'ont convaincu dès la première écoute, vers 18 ans, de l'importance que cette musique prendrait dans ma vie. J'ai ensuite beaucoup écouté Bill Evans, l'album "You must believe in spring". Puis la lecture du bouleversant livre de Francis Paudras (toujours pas réédité à ce jour) sur Bud Powell m'a permis de découvrir plus profondément sa musique. Aujourd'hui j'écoute énormément Wayne Shorter, Herbie Hancock et Brad Mehldau…

La formule piano, contrebasse & batterie n'est-elle pas délicat à renouveler ?

Je ne cherche pas à renouveler cette formule ni à me prétendre héritier de tel ou tel trio, le sentier défriché par Bill Evans est effectivement devenue une belle autoroute à 4 voies. Par contre, nous recherchons avec Antoine Paganotti et Jean-Claude Oleksiak à instaurer un dialogue privilégié entre nous dans la durée, sans artifice, de pouvoir s'exprimer le plus librement possible malgré les contraintes des structures harmoniques et de la pulsation. Je crois que d'exécuter des compositions personnelles nous aide dans cette démarche.

Pouvez-vous nous présenter votre album qui sort ces jours-ci ?

Après deux ans de travail et des concerts intéressants, enregistrer en studio avec cette formation m'a paru normal, j'avais envie de garder une trace, puis les choses se sont accélérées à l'écoute "des bandes", une cohésion, une alchimie singulière se dégageait! Sans label, je me suis démené pour trouver un distributeur et je me suis occupé de toute la promotion du disque, je crois réellement à la qualité du disque. Il y a un "standard" de Jazz dans l'album, "Stella By starlight" non initialement prévu pour l'enregistrement, un morceau du saxophoniste américain Kenny Garret très énergique, et j'ai signé le reste des morceaux. Malgré des compositions assez référentielles à la musique "modale", j'ai écrit d'autres compositions influencées par la musique classique, ce qui leur donne un caractère plus poétique. Une composition est dédiée à Serge Gainsbourg, je me sens très proche de son univers, de ses écrits.

Je crois que vous avez d'autres activités liées à la musique, pouvez-vous nous en parler ?

J'enseigne le piano et je m'occupe d'une salle de concert à caractère associatif, la Fabrica'son. J'ai été animateur en centre de loisirs pendant 8 années parallèlement à mon activité de musicien, l'enseignement a été une passerelle, j'ai pu garder le contact avec les enfants, ce qui était très important pour moi. C'est compliqué de faite coexister ces deux activités, avec la réforme du statut des intermittents, les structures de l'enseignement musical sous la pression de l'Unedic demande à tous les musiciens intermittents de faire un choix entre les deux activités. J'ai donc été obligé pour l'instant de réduire cette activité même si cela m'apporte beaucoup de satisfactions. La Fabrica'son est pour moi une aventure humaine formidable avec des camarades musiciens et des bénévoles. Nous avons fêté le mois dernier les 5 ans d'existence de ce lieu à Malakoff dans les Hauts-de-Seine. Cela prend beaucoup de temps et d'énergie car nous sommes tous bénévoles, mais le jeu en vaut la chandelle. Nous sommes fiers de présenter le Jazz dans toute sa diversité, trop souvent "cloisonné" dans tel ou tel lieu. Les adhérents nous font confiance, ils découvrent que le Jazz n'est pas qu'une musique mais plusieurs langages. Les concerts ont lieu chaque premier dimanche du mois, d'octobre à juin à 16h00, ce qui permet au jeune public d'assister aux concerts. Pour assister aux concerts, il faut adhérer à l'association pour 13€, ce qui donne droit la première fois à l'accès au concert et une boisson gratuite, ensuite les concerts sont à 6€ pendant un an.

Votre actualité, vos projets et concerts à venir ?

Je pense préparer avec Cristine Combe son nouveau spectacle pour l'année prochaine, je pars en tournée dans le sud de la France en Août 2005 avec le "Now Blues Quartet" et j'espère enregistrer de nouveau avec le trio vers mai-juin 2005 car j'ai écrit un nouveau répertoire pour le trio.

Propos recueillis par Pierre Villeret

www.jazzseb.com