Jef Sicard

Suite au passage de son quintet dans notre région, Jef Sicard répond à quelques questions de Macao.

Le texte de présentation de votre concert à Charleville-Mézières définissait votre musique comme étant à mi-chemin "des fanfares libertaires et du Hot Five d’Armstrong". Qu'en pensez-vous ?

Cette définition de fanfare libertaire s’applique plus particulièrement à une de mes compositions « Parade Parodie », où une introduction est prévue en tutti collectif « libertaire ». Le Hot Five d’Armstrong utilise également, comme beaucoup d’orchestres de l’époque, le concept collectif, mais dans une approche et un style différent (improvisation harmonique ou thématique).

L'improvisation tient une place évidente dans votre musique. Comment gérez-vous la grande part de liberté que s'octroient les membres de votre quintet ?

Cette grande part de liberté repose sur une confiance mutuelle et sur différentes stratégies élaborées par avance pour chaque composition. Ainsi, l’improvisation est à la fois soutenue et ciblée sur des idées-forces.

La recherche sonore semble vous intéresser spécialement. Peut-on considérer cela comme une extension de votre pratique poly-instrumentale ?

Oui, car l’amour et la curiosité des phénomènes vibratoires sont le moteur de mes recherches sonores, elles-mêmes à la source de certaines de mes idées musicales.

Comment êtes-vous venu à utiliser des coquillages ? Vous intéressez-vous particulièrement à d'autres traditions musicales ?

Dans les années soixante-dix, lors d’une tournée avec le Dharma Quintet, j’ai trouvé une conque dans une brocante, et depuis j’ai cherché et acquis d’autres variétés de coquillages. Cet instrument représente la nature et ses forces cosmiques par sa structure interne en spirale.

Je m’intéresse aux musiques Indiennes du Nord et du Sud, aux musiques du Maghreb, et plus particulièrement au Naï Iranien et Egyptien, ainsi qu’à toutes les traditions instrumentales du monde. Je pense que la musique est un des ponts les plus directs pour faciliter la compréhension entre les civilisations et les diverses cultures.

Quels sont les musiciens et expériences qui vous ont marquées ?

Quelle vaste question ! La vie d’un musicien est constituée d’une forêt d’arbres représentant chacun une expérience différente et il serait dommage qu’un seul arbre cache la forêt. Toutes les rencontres, toutes les situations imprègnent la musique. De plus, les circonstances privilégient les réminiscences et la richesse de certaines expériences. Il m’est donc difficile de répondre en quelques phrases.

Propos recueillis par Pierre Villeret

www.myspace.com/jefsicard