Reims Jazz Festival #15

Le quinzième Reims Jazz Festival vient de s'achever le 22 novembre dernier sur une édition qui fit une fois de plus, la part belle aux découvertes.

Une programmation est toujours l’affaire d’un dosage subtil et délicat, car s’il est vital de chercher à remplir une salle il n’est pas moins nécessaire et légitime d’offrir la possibilité au public de découvrir des artistes actuels, innovants, qui, dans le domaine qui est le nôtre, celui des musiques improvisées, sont cruellement sous-médiatisés. Ils ne peuvent, de ce fait, toucher seulement un nombre très restreints de personnes passionnées et averties, ce que nombre d’amateurs considèrent comme une incroyable injustice qui passe sous silence le plus dynamique de cette part de la création musicale.

Ainsi, cela fait toujours plaisir de voir un Roy Hargrove, véritable prodige de la musique noire-américaine, qui embrasse cette tradition dans son entier simplement par son jeu, un Henri Texier, référence incontournable de son instrument, entouré de certains des musiciens hexagonaux les plus brillants dans son Strada sextet, des Laurent de Wilde et Ottisto 23 avec leur « PC Pieces » ou une très sympathique Mina Agossi. Malgré tout, force est de reconnaître que la beauté de la découverte, de la surprise ne provient que de choses que l’on ne connaît pas encore ou qui sont en train de s’écrire et de s’inventer. Ainsi, on ne sera pas surpris si j’écris que mes principaux émois m’ont été procurés par les premières parties de ce festival, à l’exception évidemment de Yves Robert (avec le violoncelliste Vincent Courtois et le batteur Cyril Atef) dont la qualité des projets et la volonté de renouvellement est aussi régulière qu’indéniable.

Le quartet d’Hélène Labarrière qui a ouvert ce festival à la Cartonnerie en avant-première le 16 octobre dernier, est l’un des groupes les plus passionnants de la scène actuelle avec quatre musiciens littéralement incontournables dans l’actualité de cette musique, les jeunes allemands du trio Hyperactive Kid, que j’avais découvert au dernier German Jazz Meeting de Brême développent une musique incroyablement sophistiquée englobant une foule d’influences que l’on oublies en écoutant, sidéré par le niveau de maîtrise de leur jeu, le trio de Benjamin Moussay qui séduit par son lyrisme, celui du pianiste berlinois Carsten Daerr que l’on espère voir plus souvent de ce côté du Rhin, dont la virtuosité, l’originalité et l’énergie nous accrochent dès le prime abord.

Il ne faudrait surtout pas oublier de mentionner le quartet Wark du contrebassiste Sébastien Beliah (avec Marc Baron et Sébastien Daures respectivement aux saxophones alto et ténor et Guillaume Dommartin à la batterie) qui est un de mes coups de cœur de ce festival et propose une musique superbement écrite qui bien que marquée par la scène new-yorkaise des vingt dernières années s’inscrit également dans une tradition parfaitement maîtrisée entièrement, de même que la création « Progressive Patriots » du guitariste Hasse Poulsen et dans laquelle se dernier interroge avec maestria ce qui forme nos racines culturelles, avec les saxophonistes Stéphane Payen et Guillaume Orti, le contrebassiste danois Henrik Simonsen et une véritable icône du jazz new-yorkais le batteur Tom Rainey, tous brillants, sans aucun doute.

Également, il faut citer Lilliput Orkestra qui regroupe quatre musiciens toulousains qui jouent un jazz définitivement atypique et pourraient illustrer quelques grands films avec bien plus qu’une simple bande-son.

Enfin, c’est loin d’être une découverte et peu importe, le trio belge Aka Moon qui entretient depuis plus de quinze ans un niveau d’excellence, un véritable fonctionnement de groupe particulièrement rare en jazz et qui nous a surtout offert un superbe concert, avec une énergie très rock, proprement incroyable.

J’espère que cet énoncé ne fût pas trop rébarbatif, qu’il pourra à l’occasion donner à certains quelques pistes d’achat de disques en prévisions des fêtes et surtout l’envie d’aller écouter ces artistes en concert, en attendant la seizième édition du Reims Jazz Festival

Pierre Villeret

www.djaz51.com