Eric Watson

Jaded Angels

Lorsque l’on voit Eric Watson en concert, on observe quelqu’un de totalement immergé dans la musique qu’il joue, en premier lieu par sa tenue sur le piano, son engagement physique. En second lieu évidemment, on ne peut que mesurer le travail de composition, la science harmonique du pianiste qui l’amère à écrire des pièces dans lesquelles il développe un univers d’une grande richesse. Celui de ce disque pourra être qualifié de crépusculaire… En effet, à l’exception de "Dice in the sky", que j’écoute beaucoup ces derniers temps, véritable point d’orgue de l’album, avec un drive bien franc de la section rythmique, les autres titres sont en demi-teintes et évoquent des images en nuances de gris.

L’oeuvre ici présente est sans compromis et ses séductions ne se livrent qu’à celui qui fait l’effort de les écouter.

Eric Watson a réuni un groupe remarquable qui semble idéal pour servir, et le mot est juste, sa musique. Que ce soit le batteur Christophe Marguet ou le contrebassiste Peter Herbert, tous deux pourraient facilement en faire plus, saisir des occasions de se mettre en avant et influer d’avantage sur le cours des choses. Mais ce n’est jamais le cas : le trio est au service de ce qu’il joue, et non l’inverse.

Eric Watson est un artiste qui construit un monde qui lui est propre, sans compromis, incluant au fil du temps ses préoccupations contemporaines au socle du jazz, qui est bien là, indéniablement.

Pierre Villeret

Jaded Angels (ACT, 2006)

Eric Watson piano
Peter Herbert contrebasse
Christophe Marguet batterie

www.actmusic.com