Sébastien Leidbunguth
& Kobu

Actualité brulante pour le guitariste châlonnais avec la sortie de l’album L’Empreinte de la formation Kobu.

L’attitude est posée, la voix calme. Lorsque Sébastien Leibundguth parle de son univers et de ses projets, il n’est pas difficile de comprendre que la musique occupe la plupart de ses pensées. Et c’est surement cela qui fait la différence entre un amateur de musique et celui qui décide d’en faire sa vie. La musique devient une évidence : « J’ai toujours su que je ferais de la musique, dès 14 ans. Mais à cet âge là, tu ne décides pas toujours, donc c’est plus tard, vers 19 ans que j’ai passé le cap. » Il multiplie alors les expériences musicales avec différents groupes : Ultra Speed Boogie (avec notamment le batteur Guillaume Dommartin et le bassiste Olivier Vallois), Soul Food Café ou encore le trio blues FBI. Le guitariste a ensuite évolué dans ses inclinaisons : le jazz et les musiques improvisées sont aujourd’hui au centre de ses préoccupations, même si il garde toujours une oreille attentive à l’actualité (sauf pour certains chanteurs français, sans voix, volontairement ébouriffés et péniblement nostalgiques dont nous tairons le nom). Le jazz est une musique qui nécessite une certaine connaissance musicale : improviser, ce n’est pas prendre son instrument et espérer la transcendance comme vous attendriez la foudre une fourchette tendue vers le ciel. Il faut s’en donner les moyens, apprendre les mots qui vous permettront de vous exprimer par ce langage. C’est beaucoup de travail solitaire et d’écoute : « Charlie Parker et Thelonious Monk, mais aussi des musiciens plus actuels comme Pat Metheny ou moins connus comme Adam Rogers, Marc Ducret ». Il a d’ailleurs décidé de transmettre son savoir en créant une école de musique, Art Guitare.

Sortie d’un nouvel album

Parmi les projets dans lesquels il s’implique, le groupe Kobu est le plus abouti : « j’ai rencontré le saxophoniste Christophe Sabbioni et on s’est vite aperçu que nous avions beaucoup de choses en commun, dont l’envie de monter une formation. » Quelques temps plus tard naissait Kobu. Le répertoire uniquement fait de compositions prend forme et l’enregistrement d’un disque apparait comme une évidence « Nous nous sommes enfermés pendant plusieurs jours en studio à Paris, et avec la complicité du guitariste danois Hasse Poulsen, nous avons gravé 10 titres ». « L’Empreinte » sorti tout récemment est ainsi un formidable album de compositions, d’une grande richesse mélodique et aux embardées rock. Et je ne vous conseillerais qu’une chose : y jeter une oreille !

Jean Delestrade

L’Empreinte (2008)

Christophe Sabbioni saxophones
Sébastien Leibundguth guitare
Emmanuel Bontemps contrebasse
Dominique Tassot batterie

http://www.myspace.com/sebastienleibundguth

http://sitekobu.free.fr