Bruno Angelini
& Giovanni Falzone
Duo If

Songs Vol. 1

Difficile d’échapper à l’hérédité pour un trompettiste de jazz. Les fantômes de Dizzy Gillespie et de Miles Davis ont une fâcheuse tendance à planer au dessus des têtes de leurs cadets et se sont transformés en pères castrateurs, annihilant toute créativité et originalité.

Les trompettistes à grosse technique instrumentale prennent le premier en exemple et finissent atteints par le syndrome du « trumpet-summit » : le meilleur est celui qui joue le plus fort, le plus vite et le plus aigu. Si on a des poils qui dépassent de la chemise et une dent de phacochère autour du cou, c’est encore mieux. Les instrumentistes moins virtuoses enfournent une sourdine harmon dans leur pavillon et projettent quelques notes longues à travers la fumée bleutée de leur cigarette en prenant un air habité.

Le portrait paraît un peu facile, mais faites l’expérience : choisissez n’importe lequel des trompettistes un peu en vue, et dans 90% des cas, vous pourrez le classer dans l’une ou l’autre de ces deux catégories. Pas Giovanni Falzone.

Le trompettiste italien prouve dans ce disque qu’il a trouvé son chemin d’instrumentiste. Il possède une technique énorme mais n’en fait pas un étalage abusif et testostéroné ; on la pressent. Il explore toutes les possibilités sonores que sa trompette peut lui offrir, les plus académiques (utilisation du coup de langue) comme les plus à la mode (jeu de souffle et de voix) mais jamais comme gadget ou faire valoir. Son objectif est le propos musical. Propos musical qu’il prend à son compte le temps de ce disque, puisqu’il signe la totalité des 9 « chansons ». Le « songs volume 2 », est prévu pour 2009 et sera consacré à l’univers de son complice, Bruno Angélini.

Le compositeur Falzone signe ici de très belles pages. On retiendra notamment les ballades « mascher » et « terra » aux harmonies subtiles et les pièces quasi-contemporaines « pineyurinoli » et « wizzard », toutes deux dignes de figurer au programme des examens de trompette dans les conservatoires. Bruno Angélini est aussi à l’aise dans l’écriture du trompettiste qu’un libertin dans un couvent de bénédictines – il s’en délecte avec bonheur et savoir faire avec les accents d’un Paul Bley ou d’un Cecil Taylor. Il a fallu deux heures à Falzone et Angélini pour enregistrer ce disque. C’est exactement le temps que je vous donne pour vous le procurer !

Guillaume Grenard

Songs volume 1 (Syntonie-Abeille Musique, 2008)

Bruno Angelini piano
Giovanni Falzone trompette

www.brunoangelini.com

www.myspace.com/brunoangelini

www.giovannifalzone.com