Reims Jazz Festival #12

Nouvelle édition du Reims Jazz Festival .

Je n’aime pas le mois de novembre. Il pleut, il fait froid, et forcément on s’enrhume… Mais heureusement, c’est aussi le mois du Reims Jazz Festival, dont ce sera la 12e édition cette année et qui poursuit sa programmation entre découvertes, jeunes musiciens, scène européenne innovante, et têtes d’affiches excitantes. Comme pour l’édition précédente, le festival sera scindé en deux parties. La première se déroulera à la Cartonnerie, avec les « Folklores imaginaires » du saxophoniste Éric Séva, et en première partie le surprenant et poétique accordéoniste Nano, le 17. Le lendemain, le très raffiné trio de Jean-Marc Larché (saxophone soprano), Jean-Louis Martinier (accordéon) et François Couturier (piano), sera précédé de celui du jeune pianiste lillois Stéphane Orins, qui se livrera à l’exigeant exercice du trio piano / contrebasse / batterie. Pour finir en beauté cette première partie du festival, le samedi 19 novembre, l’enthousiasmant trio, et le mot n’est pas trop fort, de Marc Ducret (guitare), Bruno Chevillon (contrebasse) et Éric Échampard (batterie), précèdera la formation du Norvégien Niels Peter Molvaer, que l’on ne présente plus.

Après une petite pause de trois jours, les concerts reprendront dans le cadre prestigieux du Cellier Carnot Pommery. Le mercredi 23, l’Orchestra du flûtiste Magic Malik sera précédé du quartet du guitariste Michael Felberbaum, composé du pianiste Pierre de Bethmann, du contrebassiste Mathias Allamane et du batteur Karl Jannuska. Le lendemain, le duo très contemporain de la chanteuse Maria Pia de Vito et du percussionniste Patrice Héral ouvrira la soirée et sera suivi de Richard Galliano, soutenu par une section rythmique belge de haute qualité et élégance : le contrebassiste Philippe Aerts et le batteur Dré Pallemaerts. Le 19 novembre sera attendu avec impatience par ceux qui ont eu la chance d’écouter le pianiste italien Stefano Bollani en solo, car il sera présent en quintet cette fois, aux côtés du trompettiste Enrico Rava pour une musique qui ne saurait être autrement que belle et lyrique. Un duo original et périlleux les précédera avec le tromboniste Denis Leloup, accompagné du pianiste Zool Fleischer, avec un riche travail d’écriture et d’arrangement. Pour finir, une affiche de choc : Steve Coleman & The Mystic Rhythm Society… précédé du duo suisse Stimmhorm, avec Christian Zhender et Balthasar Streiff : cor des Alpes et chant diphonique… Asignaler également : la projection d'archives de l'INA sur le jazz en Champagne-Ardenne, le 4 novembre, la conférence de Gérald Arnaud sur Billy Holiday le 15, dans le cadre du mois du jazz à la Médiathèque Cathédrale du 1er au 30 novembre 2005.

Pierre Villeret

www.djaz51.com