L'Acrospire Volant

Aventures ardennaises.

Mardi 5 octobre 19h : départ de Reims pour le Centre Culturel Jean Vilar de Revin. Renseignements pris (je connais encore très mal la Région), je réalise que cette commune est située à 20 km de Charleville-Mézières... Mes deux camarades et moi-même nous soutenons mutuellement pour ne pas céder à l'envie de rentrer chez nous après une journée déjà bien remplie, et finissons par démarrer. Tout se passait normalement jusqu'à ce que nous arrivions à Charleville-Mézières, puisque la nuit, la pluie et le brouillard nous attendaient en embuscade. À partir de ce moment, nous traversons des routes tout ce qu'il y a de moins accueillantes, croisons un accident (quelqu'un avait oublié de freiner dans un virage et la pluie aidant...) et finissons enfin par arriver à proximité de Revin. Là, surprise : nous devons traverser un pont d'une largeur de deux mètres environ, à circulation alternée. Derrière le volant, je n'en mène pas large... Après différentes bifurcations, et quelques émotions, nous arrivons enfin au sympathique Centre Culturel Jean Vilar de Revin.

Installés à l'intérieur du théâtre, nous attendons le début de la représentation. Vous pouvez imaginer qu'après un tel trajet, les spectateurs que nous étions n'étaient peut-être pas les mieux disposés pour assister à un spectacle, aussi intéressant soit-il. Aussi, quand le comédien Franck Delatour nous apprend qu'il va nous raconter la vie d'une graine, notre moral descend au plus bas... À tort. Pendant une heure environ (je n'avais plus réellement la notion du temps), nous avons suivi avec fascination les récits que Franck Delatour (jouant la graine !) nous a offert. Un quartet de jazz et un comédien, la formule est difficile, le risque étant, à mon sens, que l'une des deux disciplines ne servent d'accessoire de décoration à l'autre. En fait, l'Acrospire volant est joué par un quintet, de jazz ? de théâtre ? (un « quintet de théâtre », original, non ?). Marc Boutillot, compositeur du programme, clarinettiste et saxophoniste basse, Franck Delatour, écrivain et comédien, Frédéric Delestré, batteur, Sébastien Beliah, contrebassiste, et Mathias Castagne, guitariste, nous ont offert un magnifique spectacle en restant toujours au service de l'histoire, qui s'est avérée palpitante... Jamais les passages strictement musicaux, improvisés ou non, ne nous ont fait oublié que nous écoutions une histoire, mais agissaient comme autand de trous normands au milieu d'un délicieux et copieux repas, et permettait au récit de respirer et de se diriger dans de nouvelles directions. De même, Franck Delatour ne m'a jamais semblé être en décalage vis-à-vis de la musique, bien au contraire, le comédien modulait sa diction en suivant le flux musical et inversement. L'exercice est une parfaite réussite d'autand plus remarquable que ces cinq artistes ne se sont jamais contenté de simplement utiliser les atmosphères et les ambiances, ils ont joué pleinement et entièrement cette histoire. J'espère pour ma part avoir prochainement la possibilité de réécouter / revoir L'Acrospire volant. Avis aux programmateurs...

Pierre Villeret