Souvenirs de vacances

Retour sur quelques uns des concerts majeurs de l'été en Champagne-Ardenne.

Jazz autour des Flâneries Musicales de Reims (juin/juillet/août)

Kenny Garrett a ouvert cette édition de Jazz autour des Flâneries Musicales de Reims par un concert à la Comédie : le saxophoniste américain a fait preuve de toute sa virtuosité, et le public a également pu découvrir les jeunes musiciens qui l’accompagnaient, dont l’enthousiasmant batteur Ronald Bruner.

Michel Portal était très attendu par le public, puisqu’il est depuis plusieurs années un des animateurs les plus suivis de la scène française. Les 1200 personnes présentes dans la cour de l’Ancien Collège des Jésuites ne se sont pas trompées : peu de musiciens ont cette capacité de transcender le public et ses compagnons de scène (notamment le contrebassiste François Moutin et le pianiste Bojan Z (et non Banjo Z comme s'est obstiné à l'appeler la presse locale !).

Le saxophoniste rémois Xavier Rosselle a pris part à une création reliant le jazz au classique avec deux des meilleurs musiciens français (le clarinettiste Louis Sclavis et le violoncelliste Vincent Courtois en résidence dans la région) et Xavier Gagnepain. La création Parcours a été un moment très particulier : un temps de pause dans le festival pour écouter passer la musique en mouvement.

Ce festival est aussi l’opportunité pour des groupes régionaux de mettre en avant leur travail : l’esplanade du Fléchambault a accueilli Oblivion trio (avec le jeune et très prometteur accordéoniste Frédéric Baldo), le New Tone Jazz Quartet (tenu par « une amitié nécessaire à la création » dixit le contrebassiste Manu Bontemps) et Zenza (un quintet qui s’affirme de prestation en concert comme une des têtes de files de la scène régionale)…

Le rendez-vous habituel du Parc de la Patte d’Oie (chaque samedi) a peut-être offert aux rémois quelques unes des plus belles prestations de l’été. Tout d’abord, le guitariste hongrois Gabor Gado (solidement soutenu par de jeunes musiciens) a délivré au fil de ses compositions un univers qui mêle tout à la fois une incroyable poésie et d’un esprit de liberté déterminée ; tout comme Zakarya qui a proposé une relecture de la musique traditionnelle juive alliée à la modernité. Autres temps forts de ce festival, les concerts dominicaux sur la Place D’Erlon au cœur de la ville : citons entre autres l’Octobando de Senem Diyici pour un répertoire oriental et cuivré, la qualité dans le jeu et dans l’écriture du jeune quintet Strasax (4 saxophonistes et 1 batteur) et l’enthousiasme communicatif des steel drums (bidons d’essences reconvertis en instruments de percussions) d’Acousteel Gang.

Les Manif'Estives du collectif Musiseine (30 août)

Pour la deuxième année consécutive, le collectif Musiseine organisait les Manif'Estives fin août. Initialement prévue à Marcilly-sur-seine (fief de l'association), la journée s'est finalement déroulée entre Romilly-sur-seine et Anglure (au sud de Sézanne). Je n'ai pour ma part pu assister qu'à la deuxième partie de la journée, je veux parler des trois concerts à Anglure.

Dans le cadre très agréable de la salle intercommunale d'Anglure (surprenant pour un petit village !), l'après-midi s'est ouvert par le très beau Métis Quintet de Claudine François. Trés beau quintet, puisque la musique de Claudine François possède cette qualité rare, celle qui vous donne l'impression que ces tempos et ses thèmes ont toujours fait parti de vous : sa musique coule de source. Ce jazz métissé d'inspirations africaines est admirablement servi par le trompettiste/bugliste Nicolas Genest (dont certaines de ces compositions ont été joué, comme Africa), au son du troublante sincérité, et le saxophoniste Jean-Jacques Elangué.

Après un apéro bien mérité, le tour de la création "Les 2 soleils et les 2 lunes" était arrivé... Sous la direction musicale de Françoise Toullec, l'ensemble Pagaille (des musiciens qui tournent autour de la nébuleuse nancéenne Emil 13, allumés notoire des musiques improvisées) met en son un scénario élaboré autour de l'oeuvre (L'invention de Morel) de l'écrivain argentin Adolfo Bioy Casares (compère de Borges), alors que la mise en espace était l'oeuvre de Willian Noblet (des structures métalliques, entre décors et percussions géantes).

Pour ce spectacle pluri-artistique (notons également la présence d'une danseuse), un peu moins de 200 personnes étaient présentes. A la poursuite de l'univers de Casares...

Concert Kobu Quintet à Chaumont (août)

Premier concert pour le récent Kobu Quintet, formation née il y a peu de la rencontre de plusieurs musiciens marnais, mix entre les formations bien connues Zenza et New Tone Jazz Quartet : Christophe Sabbioni saxophones, Sébastien Leibundguth guitare, Cédric Cordouin fender rhodes, Manu Bontemps contrebasse et Dominique Tassot batterie.

Malgré des conditions techniques qui semblaient périlleuses pour les musiciens, ce concert laisse entrevoir les très intéressantes possibilités de ce quintet. Les références se calent entre Chris Potter et John Scofield, dont certaines reprises jalonnent le répertoire. Une complicité évidente se créée entre la guitare et le saxophone notamment sur les thèmes...

Un bel été !

Jean Delestrade