Vincent Courtois

Création "Rose Manivelle : The New Rose" de Vincent Courtois.

La création "Rose Manivelle : The New Rose" de Vincent Courtois a eu lieu samedi 30 juin dernier au Manège de Reims, lors des Flâneries Musicales . Cette création a pu avoir lieu gràce au partenariat de [djaz]51, du collectif Vents d'Est et de la Cartonnerie qui a accueilli le groupe pour une résidence d’une semaine en avril dans des conditions que les principaux intéressés ont jugées exceptionnelles, selon leurs propres termes.

Suite des "Contes de Rose Manivelle" créés en 2003, cette nouvelle étape se démarque franchement de la première mouture. Très loin de la construction jazz, avec de longues plages de jeu pour les solistes, très loin également d’une écriture quelquefois "sclavissienne", on se retrouve désormais face à une formation qui joue presque comme un groupe de rock. Une section rythmique aux parties binaires d’une très grande sobriété très efficace et très électrique avec le fender rhodes de Francis Le Bras, la guitare du nouveau venu Maxime Delpierre, tous deux saturés, la contrebasse d’Olivier Sens et la batterie de Guilaume Dommartin. Le saxophoniste Marc Baron intervient aux côtés de Vincent Courtois essentiellement lors d’exposés de thème et pour des colorations sonores fort bienvenues. On retrouve avec plaisir sur cet écrin le slam d’André Ze Jam Afane, qui semble avoir pris de la place, de l’épaisseur, avec un discours peut-être plus dur, moins imagé, s’exprimant sur des réalités contemporaines sans aucun fard si ce n’est celui de la finesse de ses textes. Son comportement scénique a aussi beaucoup évolué, on ne peut que constater qu’il investit davantage l’espace, physiquement et musicalement.

La musique nous renvoi au Velvet Underground, au glam rock des seventies et aussi à l’Afrique, avec un léger écho de blues malien, bien rock’n’roll tout de même. On reste très loin du jazz et également du côté "musiques improvisées contemporaines" irrémédiablement associés au violoncelliste, qui démontre encore une fois sa capacité à aborder la musique par toutes ses facettes. Il donna d’ailleurs un concert le lendemain en jouant des suites de Bach suivi d’un duo improvisé avec le pianiste Bruno Fontaine, tandis que ses camarades se produisirent l’après-midi en compagnie du clarinettiste Florent Héau et du pianiste George Pludermacher, éminemment connus des scènes de la musique classique...

Pierre Villeret

http://vcourtoi.club.fr

www.ventsdest.com