Paradigm,
premier de la classe.

"Ils ont gagné haut la main". C'est en ces termes que Pascal Anquetil me relatait la victoire de Paradign au Concours National de Jazz de la Défense. C'est en tout cas un sacré coup de pouce pour ce sextet.

Nous vous avions déjà parlé à plusieurs reprises de ce sextet composé pour partie de musiciens champardennais : lors d'un de ses premiers concerts au festival d'Eté de Troyes (en première partie de "Cotinaud fait son Queneau"), mais également lors de sa prestation au dernier Reims Jazz Festival en novembre 2003.

A ces différentes occasions, Luis Vina (saxophoniste du collectif Alka) nous parlait de ce groupe avec passion. C'est de lui qu'est née idée de formation : "L'idée du sextet m'est venue en 2001 et comme je suis très lent elle a pris forme en avril 2002. J'avais en tête une formation suffisamment grande pour élaborer des arrangements mais pas trop pour qu'elle soit "transportable", je voulais un son "ouvert", d'où le vibraphone."

Les musiciens se sont rassemblés autour des compositions de Luis : le troyen François Choiselat (trombone), le châlonnais Guillaume Dommartin (batterie) et les parisiens Xavier Bornens (trompette), Manu Brunet (contrebasse) et David Neerman (vibraphone).

Ce sextet se constitue donc un répertoire dont les influences se situent entre Andrew Hill, Booker Little et Dave Douglas et avance avec la certitude que la rencontre entre ces jeunes musiciens peut donner des étincelles. « Le but pour nous est avant tout d'être sincères et de présenter une musique de qualité avec la plus grande conviction et sans autres prétentions, tant mieux si les gens adhérent… ».Toute une bonne série de raisons pour lesquelles l’association [djaz]51 a décidé de parrainer cette formation auprès des membres de la Fédération des Scènes de Jazz et de l’AFIJMA pour les opérations Jazz en Scènes et Jazz Migration…

Pour la deuxième année, le sextet se présente au concours de Jazz à la Défense : cet évènement est un tremplin de premier ordre pour les jeunes musiciens : citons parmi les lauréats des années précédentes Christophe Monniot, Mathieu Donarier, Médéric Collignon et bien d'autres...

Résultat : 1er Prix d'orchestre et 2ème Prix de composition pour Luis Vina.

Au delà de l'exposition médiatique, c'est un véritable coup de pouce pour ce sextet, notamment pour trouver des dates de concerts, pour mettre en place une tournée. Guillaume Dommartin voit un tas d'avantage à ces prix : "ça booste le groupe dans sa motivation, nous avons déjà été branchés par les membres du jury dont : Jazz à Tours, la Fabrique à sons, pour l'Afijma aussi et d'autres, ça booste Luis pour écrire et se bouger, ainsi que l'agent du collectif Alka en la personne de Laurence Bébenek et enfin le fait de pouvoir démarcher dans les festivals avec le logo Défense c'est tout de même mieux que rien il faut bien le dire ... surtout quand on s'appel Paradigm et qu'on est inconnu ! " . Et pourquoi cette année et pas l'année précédente ? "Je crois qu'aujourd'hui cet orchestre arrive à un genre de maturité avec un son de groupe, mais l'écriture de Luis a pas mal évolué. Il me semble que les nouvelles compos sont en éffet plus basées sur ce son de groupe (plus de densité et de jouages "free") nous avons tous mûri la musique dans nos têtes et c'est autre chose par rapport à l'an dernier, nous n'avions pas été sélectionnés tout simplement parce que nous avions un disque tout pourri et que ça jouait pas terrible ... disons les choses clairement. "

Bref, un bel horizon qui s'ouvre devant le sextet : un enregistrement est prévu pour très bientôt. Une session de 15 jours de concerts de suite en club (à Vevey en Suisse) en décembre va permettre de mettre le répertoire au point. Dès leur retour en France, se sera un enregistrement (à priori aux studios Gimmick).

Jean Delestrade