Triade

Entropie

Un trio, un vrai groupe, avec trois leaders. Entropie est le troisième album de Triade qui affiche cette année douze années d’existence. Enregistré il y a deux ans, cet album devait initialement être publié au catalogue du défunt label Sketch, pour finalement en marquer la renaissance sous le nom de Minium.

Soit dix ans d’existence au moment de l’enregistrement - dix ans qui s’entendent. Le son. La qualité et la richesse du son sont des évidences, que ce soit celui acoustique du piano, de la contrebasse très boisée, magnifique de Sébastien Boisseau ou de la batterie, tour à tour agressive et sèche puis subtile et délicate, mais aussi celui électrique - impressionnant – tout en agressivité contrôlée du Fender Rhodes de Cédric Piromalli.

Plus que la sonorité des instruments, des instrumentistes plutôt, on remarque surtout la maîtrise des espaces sonores. Les idées ont le temps de s’exprimer, de se développer, soutenues par l’ensemble, avant d’être déformées et même rompues, notamment par Nicolas Larmignat, qui dynamise continuellement l’ensemble et réalise un travail de coloration remarquable.

La musique semble continuellement se déployer, prendre une route avant de décider une nouvelle direction, mais non sans l’avoir explorée. Un disque exigeant certes, mais riche, à l’écoute duquel il est impossible de s’ennuyer. On ne peut l’écouter en zappant d’un titre à l’autre. Mais surtout, il s’agit d’une musique définitivement actuelle qui semble nous dire "c’est ici et maintenant".

Pierre Villeret

Entropie (Minium, 2004)

Cédric Piromalli piano, Fender Rhodes
Sébastien Boisseau contrebasse
Nicolas Larmignat batterie

www.miniummusic.fr