Doug Raney

Be Bop au jardin d'hiver

Châlons-en-Champagne, restaurant les Caudalies, le 13 avril 2006 .

Plutôt frisquet le printemps à Châlons ! Semaine Sainte oblige. Pour réchauffer l’atmosphère, quelques mordus viennent de lancer une programmation jazz portée sur la guitare. Heureuse initiative. Le 13, Doug Raney inaugurait cette manifestation. Fils de Jimmy, Danois d’adoption, il a croisé le fer avec Chet Baker, notamment, lors d’une session extraordinaire gravée en trois disques pour le label Steeple Chase. Une merveille, que la sécurité sociale devrait prescrire à toutes les oreilles. De son père, il a gardé l’esprit bebop, cette ligne mélodique d’une limpide clarté, et un swing tout en rondeurs.

Le premier set commence avec “The shining how” et “I thought about you”. Mourad Benhammou, au drumming impeccable, tout au service du leader, converse avec Philippe Brassoud à la basse. "Estate" vient éclairer le magnifique jardin d’hiver où j’achève une feuilletine aux fraises et son pavé à l’orange et bergamote. "Have you met Miss Jones", "Shifting Blues", puisé au répertoire de Miles Davis, le ferment avec talent. Mais c’est à la reprise, après l’apaisement des bruits de fourchettes, que le jeu s’anime vraiment. Doug Raney enflamme sa Gibson avec "Close your Eyes" et une magnifique bossa. Le trio s’affirme et transmet enfin sa joie au public. "Body and Soul", tout en finesse, autorise l’exhibition pudique et délicate d’un guitariste sensible. Un dernier titre pour la route : "The End of the Love Affair" (?) scelle notre pacte avec les musiciens. Ensemble, nous avons feuilleté un album de souvenirs et repris des couleurs. Que demander de plus ? Il nous reste de cette soirée les caudalies, ces fameux arômes secondaires…

Frédéric Chef