Retour de Zam

Dans le cadre du festival Terrasses Découvertes, le public rémois a pu découvrir le concept de la ZAM (Zone d'Activité Musicale). La ZAM de Paris (Olivier Sens, Vincent Courtois, Emil Spanyi, Thomas de Pourquery...) et la toute nouvelle ZAM de Reims ont prosposées 3 jours de concerts... Et Médéric Collignon en invité.

Qu’est-ce qui distingue jazz, rock, musique électronique et autre forme de musiques actuelles? Pas grand-chose si l’on considère de près un festival comme Terrasses Découvertes.

La curiosité reste la seule qualité indispensable aux publics désireux de se frotter à tous ses styles musicaux. L’équipe de [djaz]51 est en tout cas très fière de présenter chaque année le travail réalisé en étroite collaboration avec Azimut Projections, les Pirates de l’Art, le Centre Culturel Saint-Exupéry et le Palais du Tau.

Plus de 1000 personnes ont assisté cette année à ces différents concerts, pourtant souvent avant-gardistes : le rock rétro enjoué et entraînant de Bikini Machine ; les musiciens survoltés du groupe rock ethno Prajna ; Dimitri avec sa forte présence scénique et ses textes personnels, universels ; les ballades pop rock électro de The Electric Fresco.

ndes nouveautés de cette édition de 2003, les ZAM (Zone d’Activité Musicale) ont apporté une touche d’ouverture supplémentaire, en proposant au public non seulement des prestations musicales tout à fait originales et festives mais aussi la rencontre de ces musiques improvisées avec une zone d’activités picturale et photographiques (ZAPP), une zone d’activité vidéo (ZAV) ainsi que diverses expositions des travaux passés. Les spectateurs ont ainsi pu embarquer dans l’avion de la compagnie Zam[a]irways et assisté au défilé de la Zam[m]ode, puis se sont laissés tenter par le Shiatsu et l’ambiance relaxante de la Zam[z]en, pour ensuite s’essayer à la composition musicale improvisée et à l’orchestration des musiciens très obéissants de la Zam[d]clic.

Ce concept créé en région parisienne a effectué un passage de relais remarqué avec la ZAM51 qui offrira régulièrement aux spectateurs performances et créations mêlant diverses formes artistiques. Le dimanche de la fête des mères, les nombreux visiteurs du Palais du Tau ont eu l’agréable surprise d’assister à une visite commentée incroyable.

Le conteur Frédéric Pougeard et le cornettiste chanteur Médéric Collignon ont réalisé à deux reprises une performance inouïe pour une création intitulée « Cornet et déclamation ». L’un, vêtu d’une blouse bleue a commenté une visite d’une demi-heure sur un thème poétique-onirique, décrivant le Palais comme le corps d’un grand Roi couché, l’autre, musicien virtuose et surdoué de la nouvelle génération des improvisateurs, le devançant d’une salle sortant de son instrument et de ses cordes vocales des sons absolument extraordinaires.

Les équipes des associations impliquées, professionnelles et bénévoles attendent avec impatience de vous proposer un programme encore plus original l’année prochaine.

Jean Delestrade