Mobile

Instabile

Deux excellentes nouvelles portées par les Vents d'Est : l'arrivée du génial trio Das Kapital (Daniel Erdmann, Hasse Poulsen, Edward Perraud) version "Hanns Eisler"dans leur catalogue et la sortie en cette fin avril de l'album "Instabile" du quartet Mobile sur le label marnais.

Mobile, c'est Luis Vina (saxophone ténor, clarinettes, casio), Adrien Amey (saxophone alto et baryton), Gilles Coronado (guitare) et Guillaume Dommartin (batterie), soit 4 musiciens qui se connaissent parfaitement bien pour s'être croisés dans différents projets, notamment autour d'un autre label, Chief Inspector. C'est d'ailleurs chez eux que Luis Vina publiait en 2005 son dernier album Paradigm, projet avec lequel il connu certaines distinctions au concours de Jazz à La Défense. Les présentations sont faites.

"Instabile" donc, a été enregistré tout début décembre 2008 au Studio ICP à Bruxelles. Il en résulte 10 titres formidables, comme nous allons essayer de vous le démontrer ici. Le projet Paradigm était d'une certaine façon un hommage à certaines références musicales du leader Luis Vina dont notamment Andrew Hill. Sur ce projet, le saxophoniste nous fait découvrir une autre facette de son travail d'écriture, avec l'apport "électrique" du guitariste Gilles Coronado. La patte de Luis Vina est reconnaissable (ce qui est sûrement un compliment) et se trouve quelque part entre les préoccupations de la scène berlinoise et new-yorkaise. "Instabile" ne fait pas seulement écho à des disques comme ceux d'Erdmann 3000, Human Feel, Drew Gress ou AlasNoAxis, mais propose également un discours très personnel, notamment par la qualité d'improvisation des solistes. La chose la plus surprenante est sûrement cette "mobilité" dans les formes : à l'écoute, l'oreille distingue la qualité de duos et dialogues entre instruments (Coronado/Dommartin, Vina/Amey) mais au fil des pistes on se rend très vite compte que toutes les associations sont formidables, que les rôles circulent avec une aisance certaine, et on en vient parfois à connaître l'ivresse d'une perte de repères dans l'espace musical (avec une mention spéciale pour le titre "Tercero equis").

Mais le meilleur compliment que l'on puisse faire à ce disque est qu'il semble d'une implacable contemporanéité, branché sur les questionnements esthétiques qui animent cette génération de musiciens en mouvement.

Jean Delestrade

Instabile (Vents d'Est, 25 mai 2009)

Luis Vina saxophone ténor, clarinettes & compositions
Adrien Amey saxophones alto & baryton
Gilles Coronado guitare
Guillaume Dommartin batterie

www.myspace.com/mobibile

www.ventsdest.com