Matthew Shipp

Nu Bop (Thirsty Ear, 2002)

Voici une musique à la beauté discrète, presque difficile d'accès. Prenez votre mal en patience, le plaisir s'installe à la deuxième écoute. Ce "nu-bop" du pianiste Matthew Shipp a la nonchalance et l'assurance de ceux qui savent là où ils vont, c'est une musique nue, épurée, qui va à l'essentiel de ce qu'elle propose, le silence y tient une place importante. Si le disque surprend par sa simplicité qui le rend attachant, agréable à l'oreille, n'est ce pas là une réponse à la définition originelle de la musique ?

André Ze Jam Afane