Daniel Casimir

Eros & Thanatos

Groove Gang, Wonder Brass Factory, ou encore la Trash Corporation. Voici quelques formations qui ont jalonné le parcours du tromboniste Daniel Casimir, faisant de lui un des sidemen les plus recherchés de la scène française pour son sens du groove incomparable.

Oubliez tout cela, ou du moins mettez le dans un coin de votre esprit et écoutez "Eros & Thanatos". Pour son premier album en tant que leader, Daniel Casimir a tout réalisé du début à la fin, écriture et arrangements. Pour le coup, il s'adjoint la complicité de sidemen (chacun son tour) de luxe : François Moutin (contrebasse), Nicolas Génest (bugle), Michael Felberbaum (guitare et vieux complice), Fred Borey (sax ténor), Vincent Courtois (violoncelle) et le Quatuor Ebene pour les cordes.

Derrière cette autre facette du tromboniste que l'on découvre au gré des compositions, demeurent les tenants de sa personnalité musicale : un son chaud et généreux, une pointe d'humour ou de malice à vous de voir.

Pas question ici d'un quatuor à cordes qui sert de prétexte ou de tapisserie à quelques prouesses lyriques des solistes : un véritable équilibre se dégage doucement, balancement lent d'un ensemble à l'autre. "Third Stream" ?

On a le sentiment d'un projet maîtrisé du début à la fin; trop peut-être, mais c'est l'esprit et la volonté de cet album après tout. Vincent Courtois est encore une fois lumineux, apportant un peu de désordre dans cet équilibre ("Train of Thoughts"), Fred Borey et Nicolas Genest s'entendant diablement bien.

Un projet en forme de prise de risque pour Daniel Casimir, et en cela il faut remarquer le soutien et la confiance apporté par le label Yolk, dont on de dira jamais assez de bien.

Jean Delestrade

www.daniel-casimir.com

www.yolkrecords.com