Paradigm

2003 est l'année des Championnats du monde d'athlétisme au Stade de France. Ce pourrait aussi être celle du sextet Paradigm.

La cour du Musée des Beaux de Troyes est un lieu superbe où l’on peut parfois écouter du jazz. Le festival estival Ville en Musique y installe une scène avec la cathédrale pour toile de fond. C’est dans cet endroit que le public avait pu découvrir Paradigm pour sa première prestation scénique, avant que François Cotinaud ne fasse son Queneau.

Paradigm a vu le jour par l’initiative de Luis Vina, saxophoniste du collectif Alka : « L'idée du sextet m'est venue en 2001 et comme je suis très lent elle a pris forme en avril 2002. J'avais en tête une formation suffisamment grande pour élaborer des arrangements mais pas trop pour qu'elle soit "transportable", je voulais un son "ouvert", d'où le vibraphone. Le choix des musiciens c'est fait facilement et j'ai eu beaucoup de chance: dès le départ je souhaitais que Guillaume Dommartin, François Choiselat et Manu Brunet fassent partie du sextet (j'avais déjà joué avec eux dans différents contextes), le trompettiste initialement prévu ayant renoncé au projet j'ai fait appel à Xavier Bornens via Guillaume, même chose pour le vibraphoniste mais par le biais de Xavier cette fois-ci. Avant la première répétition, je n'avais jamais entendu Xavier ni David Niermann. Mais ça fonctionne très bien, pourtant à 6 ça peut déjà devenir très compliqué... Ensuite j'ai mis un peu de temps à me mettre en tête le son du groupe, je n'avais jamais écrit pour le vibraphone. Le répertoire se construit lentement mais sûrement: j'écris quasiment tous les jours pour cette formation. »

Ce sextet se constitue donc un répertoire dont les influences se situent entre Andrew Hill, Booker Little et Dave Douglas et avance avec la certitude que la rencontre entre ces jeunes musiciens peut donner des étincelles. « Le but pour nous est avant tout d'être sincères et de présenter une musique de qualité avec la plus grande conviction et sans autres prétentions, tant mieux si les gens adhérent… »

Jean Delestrade