John Greaves

Jazz songs

John Greaves, bassiste, chanteur et compositeur, est une authentique légende de la scène underground britannique des années 70. Il débute en tant que bassiste dans l’Orchestre de Ray Irving et rejoint Henry Cow, Fred Frith et Tim Hodgkinson en 1969. De 1972 à 1976, il parcourt l’Europe en concert avec Henry Cow, Robert Wyatt, Mike Oldfield et Link Wray. En 1977, il enregistre sa composition "Kew. Rhône" (Virgin) avec Peter Blegvad et Lisa Herman. Suivent deux albums solo en 1982 "Accident" (Europa Records) et en 1984 "Parrot Fashions" (Europa Records). Il enchaîne les concerts à travers le monde avec son groupe The Lodge composé de Peter Blegvad et Anton Fier ; en 1988, il s’installe à Paris et se produit avec François Ovide, Sophia Domancich avec laquelle il enregistre "La petite bouteille de linge" (Night and day) en 1991. En 1995, il sort l’album "Songs" (Resurgence) dont les chansons ont inspiré les compositions du trio "Jazzsongs".

Le violoncelliste Vincent Courtois se produit à Sainte Savine aux côtés de son nouveau trio "JazzSongs". Inauguré en janvier 2002 lors d’un concert au New Morning, le projet "JazzSongs" opte pour des chansons dépouillées, composées par John Greaves.

La voix nue de ce dernier (il ne joue pas d’instrument dans cette formule) est portée et mise en valeur par le violoncelle sans frontières de Vincent Courtois, et le piano délicat et énergique de Sophia Domancich, complice de Greaves depuis le début des années 80.

Dans cette formule entièrement acoustique, ses "jazzsongs" sont de véritables poèmes intimistes, fragiles, et atemporels. Sa voix tour à tour rageuse, véhémente, tranchante et sensible, entre questionnement et affirmations, porte ses douces ballades de songwriter mélancolique et douloureux.

Les arrangements débarrassés de tout artifice mettent sublimement en valeur l'originalité, le raffinement, la substance harmonique et mélodique, des compositions de John Greaves, qui bien souvent pourraient parfaitement exister par elles-mêmes en tant que pièces instrumentales. Sophia Domancich et Vincent Courtois ne se privent d'ailleurs pas d’en exploiter pleinement le potentiel jazzistique, improvisant avec aisance et un mélange d’audace et de lyrisme sur des motifs aussi alambiqués qu’improbables.

Le relatif minimalisme du dispositif instrumental met d’autant mieux en valeur la musique qu’il sait aussi, à l’occasion, la parer de formes plus charnues, cessant alors de suggérer la beauté pour enfin s’y abandonner sans retenue. Que cet art tout en nuances s’apparente de près ou de loin au jazz n’a finalement guère d’importance : c’est tout simplement de la très belle musique.

Jean Delestrade

John Greaves "Jazz songs"

John Greaves chant
Vincent Courtois violoncelle
Sophia Domancich piano

www.myspace.com/johngreaves