Z Quartet

Charleville-Mézières, Auditorium de l'ENMD, 18 janvier 2005

Lors de concerts dits « de jazz », le quatuor à cordes n’est pas la formule que l’on rencontre le plus souvent. De même, entendre ce même quatuor débuter son concert par Jaco du Pat Metheny Group et enchaîner avec Stolen Moments d’Oliver Nelson, reste dans le domaine de la surprise. Marc-Olivier de Nattes (1er violon), Jérôme Marchand (2nd violon), Christine Jaboulay (alto) et Emmanuel Petit (violoncelle), sont tous membres de l’Orchestre National de France et se sont rencontrés dans ce cadre avant de fonder le Z Quartett.

Au départ voué à la musique de Piazzolla, le quartet à évolué très rapidement en intégrant des standards, mais également des compositions écrites à leur intention par des musiciens contemporains tels que Franck Tortiller ou Vincent Courtois, également directeur artistique du premier album de la formation. A mon sens, c’est d’ailleurs avec cette partie de leur répertoire, ainsi qu’avec celle dédiée à Astor Piazzolla, que Z quartett s’est montré le plus convainquant. En effet, si les références au jazz, à son histoire (un bel hommage au violoniste Michel Warlop, leur prédécesseur) sont des vraies réussites, ces musiciens sont à cheval entre deux univers, deux traditions, et il me semble que leur musique gagne à se singulariser. Leur double culture devient un avantage évident quand ils allient leurs grandes qualités d’interprètes et d’improvisateurs pour une musique qui leur est propre.

En bref, le concert de Z quartett nous a permis de découvrir une formation fort originale qui a maintenu dans l’auditoire une attention constante, à mon sens nécessaire pour apprécier la musique qui était proposée. Les trois rappels effectués par Z Quartett à la fin de leur prestation étaient on ne peut plus légitime, car provoquer la surprise est loin d’être une chose facile.

Pierre Villeret

www.charlevilleactionjazz.com