Sexy drummers

Chander Sardjoe & Rafael Barata ont beaucoup marqué Anne Lacroix lors du dernier Reims Jazz Festival. Impressions.

Ah, les batteurs ! Leur rôle est primordial dans le jazz. Il en est deux qui se sont fait particulièrement remarquer lors du dernier Reims Jazz Festival : Rafael Barata, qui accompagne Eliane Elias en tournée et Chander Sardjoe, membre du goupe Kartet.

On a pu goûter une touche soignée, très contrastée. Le corps a ici son importance, il concilie technique et instinct dans une grande liberté d'expression. La présence, la mise en valeur des autres, la prise de risque, la prise d'initiative, le retrait et le groove : tout prend chair !

En ce qui concerne Chander Sardjoe, sa parfaite maîtrise du tempo, sa complicité avec les autres musiciens et son sourire donnent la sensation d’être totalement à son aise dans cet ensemble.

Quant à Rafael Barata, il témoigne de la vitalité, de la virtuosité et de la chaleur des rythmes brésiliens, fruit du métissage de mélodies européennes et de sonorités afro-brésiliennes. L’audience totalement électrisée, l’a ainsi gratifié de trois « vivas » au cours de son solo. Bref, ces deux musiciens donnent du rythme à cette fin d’année !

Anne Lacroix