Jazz en Espagne I

Luis Suria

Luis Suria (à gauche sur la photo), pianiste, compositeur et arrangeur originaire d'Alicante (Espagne), est le pianiste de Moggio (l'un des groupes les plus populaires du levant espagnol). Il nous parle de ses projets et de sa vision du jazz en Espagne.

Parcours.

"J'avais 9 ans lorsque mes parents ont décidé de m'inscrire dans l'association musicale de mon village où j'ai commencé à jouer de la trompette. Ensuite j'ai étudié au conservatoire où je me suis intéressé au piano qui est finalement devenu mon instrument. Ma formation académique était strictement classique, mais depuis le moment ou j'ai débuté mes études musicales, le jazz m'a toujours attiré. Vers dix ans, j'avais l'habitude d'aller dans les clubs qui existaient à Alicante avec mes oncles : "El Miles", "Jamboree", "El Desden en Campello". Je me rappelle des concerts qui m’ont marqué profondément, comme ceux de Fabio Miano, Chema Vilchez... Plus tard j'ai commencé à jouer avec un groupe d'amis au lycée, mais c’est à l’université que je m’y suis intéressé davantage.

J'ai toujours écouté de tout. Mon père est un mélomane et j'ai entendu beaucoup de musique "classique" chez moi. En ce qui concerne la musique populaire (bien que l'adjectif ne me plaise pas) je suis passé par beaucoup d’étapes. Au collège je jouais avec mes amis de la musique de groupes des années soixante et soixante-dix. De cette époque, je me rappelle de groupes comme The Animals, The Kinks, Janis Joplin, The Doors, Simon and Garfunkel et, naturellement, The Beatles. Plus tard, au lycée, j'ai commencé à écouter Queen, Led Zeppelin, Iron Maiden, Deep Purple et surtout Dream Theater. En même temps il y avait aussi les classiques du jazz comme Duke Ellington, Louis Armstrong, Thelonious Monk, Miles Davis, Coltrane et aussi Dizzy Gillespie, Kenny Barron, Chick Corea, Michel Camilo, Dave Weckl … Enfin, en Espagne un des musiciens du jazz qui me plaît beaucoup c’est Chano Domínguez.

Pendant mes études de composition, nous analysions des thèmes de musique d'avant-garde du XXe siècle et les arts scéniques m'intéressent beaucoup. J'ai eu beaucoup de chance de pouvoir réaliser différents projets avec lesquels j'ai beaucoup appris. J'ai composé la musique pour la performance que RESAD a réalisé pour le Circulo de Bellas Artes de Madrid sur la pièce de théâtre Preparadise Sorry Now de Fassbinder. Il a été très intéressant de travailler avec les acteurs durant les essais et les représentations. C'était incroyable."

Le Jazz en Espagne

"Je distingue deux questions : en ce qui concerne la qualité, je crois que nous vivons un moment heureux. Il y a de plus en plus de bons musiciens. Mais en ce qui concerne le fait de pouvoir vivre de la musique, ce n’est pas si encourageant. Des festivals de jazz surgissent de plus en plus, mais la majorité d’entre eux ne programment que des artistes consacrés. Il est très compliqué pour la "classe moyenne musicale" de vivre d'une manière digne et de réaliser des projets sérieux car ce n’est pas toujours possible de jouer et de se faire connaître.

J’ai commencé il y a peu de temps dans le monde du jazz et il est vraiment difficile d’y avoir une place, mais en ce qui me concerne ce n’est pas si dramatique car de très grands musiciens n'ont pas eu de chance et ont fini par travailler dans un autre domaine. La crise économique a compliqué la situation et beaucoup de salles ne font pas de contrat ou coupent les budgets. J’espère que la situation changera."

Moggio ?

"Tous les musiciens de Moggio habitent plus ou moins dans la même région. Víctor, Venancio et Antonio sont collègues au sein de l'Orchestre Symphonique de la Région de Murcie et ce sont eux qui ont formé le groupe avec Antonio "Sanba" et d'autres musiciens au piano et la batterie. Pablo, César et moi sommes amis depuis le lycée et nous avions déjà joué ensemble. Ils ont décidé de m'appeler pour savoir si ça m’intéressait de rejoindre le groupe. Voilà comment tout cela est né.

Nous avons tous mis notre grain de sel au style du groupe, mais Víctor y a apporté un camion de sel avec la musique de Frank Zappa ! Cela a toujours été la référence pour nous. C'est curieux parce que si quelque chose caractérise Zappa c'est son éclectisme et cela laisse presque toutes les portes ouvertes."

Le premier album.

"C'est un disque qui nous a servi à prendre conscience de ce que nous voulions être. Il ne s'agit pas d'un disque avec une production importante, mais l'enregistrer a été une bonne expérience et cela nous permet de nous faire connaître."

L'avenir ?

"Nous avons intégré un guitariste au groupe. Nous sommes en train de nous approprier le répertoire et en même temps nous voulons introduire de nouvelles pièces, dont des reprises. C'est pour ça que nous sommes un peu en pause. Nous voudrions réaliser un nouveau disque avec une production plus ambitieuse."

Propos recueillis par Marisa Acuña

www.moggio.es

Español