Rob Price Quartet

I really do not see the signal

Un ami m’a fait découvrir ce guitariste il y a déjà quelques temps déjà dans ces lignes (chronique en lien ICI). Après quelques recherches et écoutes, l’intérêt que j’éprouvais allait grandissant et surtout suscitait une interrogation : comment se fait-il que nous n’ayons pas entendu parler de ce musicien plus tôt ? Peut-être une simple ignorance de notre part ?

Quoi qu’il en soit, I really do not see the signal se révèle une belle entrée en matière. Entouré de Ellery Eskelin, Trevor Dunn & Jim Black (il y a pire association…), Rob Price, qui nous rappelle par moment certaines facettes de Marc Ribot, livre un album qui semble en tout point rejoindre les préoccupations de cette scène newyorkaise dont nous sommes friands. Le premier morceau qui donne son nom au disque, ne jurerait pas avec certaines productions du catalogue Tzadik. Mêlant rock hardcore, free jazz, surf music, les autres titres ne sont pas en reste et offrent une belle palette de jeu collectif, centrée sur l’énergie et l’efficacité.

Par ailleurs le guitariste confiait dans son interview (en lien ICI) tout l’intérêt qu’il porte aux bandes originales de films et à certains compositeurs spécialisés dans l'exercice. Cela s’entend et une bonne partie des titres pourraient presque se traduire en images ou en tout cas parfaitement coller avec des scènes de polars, de poursuites folles dans des voitures surpuissantes ou de moment de terreur face à un ignoble méchant incarnant le mal absolu. D’ailleurs, on songe au film Sin City et à ce propos, écoutez donc Modern Mongoose pour voir…

Au final, une pelletée de morceaux réjouissants et décapants, traités sans la moindre œillère. Un musicien à découvrir si ce n’est pas déjà fait.

Rob Price Quartet I really do not see the signal (Gutbrain Records, 2006)

Rob Price guitare
Ellery Eskelin
saxophone ténor
Trevor Dunn
basse
Jim Black
batterie

Interview de Rob Price en lien ICI

La playlist de Rob Price en lien ICI

www.gutbrain.com