La playlist de Rob Price

Voici les disques favoris du guitariste Rob Price. Mais n'oubliez pas pour autant d'écouter les siens !

Freddie King Taking Care of Business - 1956–1973 (Bear Family, 1985)

Je retourne toujours vers cette collection de sept disques, chaque enregistrement en studio de Freddie King réalisés entre 1956 et 1973. Il est l'un des plus grands guitaristes de tous les temps, l'un des plus économiques, inventif et musical de tous. J'ai besoin de Freddie King, comme j'ai besoin de Charlie Christian.

Joey Baron + Baron Down Crackshot (Avant Japan, 1998)

Aucune playlist ne sera complète sans Joey Baron et Ellery Eskelin. On les trouve ici tous deux, avec le tromboniste Steve Swell, sur le troisième et dernier enregistrement du Joey Baron's Baron Down. Tout le monde sait que Joey Baron est l’un des plus grands musiciens au monde. Il l’est des plus grands compositeurs également. Tandis que son génie éclatait dans les deux deux premiers disques de Baron Down (Tongue in Groove et Raise Pleasure Dot), Craskshot contient ses meilleures compositions. Je me rappelle de la première fois que j’ai entendu le titre Games on a train, lors d’un concert à l’ancienne Knitting Factory. Je n’ai pas pu penser à autre chose pendant plusieurs jours. Ce morceaux est sur Crackshot, ainsi que dix autres titres. Ellery et Steve, qui sont également des maîtres de leur instrument, sont au top ici. En ce qui me concerne, c’est un disque pour une île déserte.

Shirley Scott Girl Talk (Impulse, 1964)

Shirley Scott, "Baby Face" Willette et Booker T. Jones sont mes organistes préférés. Le jeu de Scott, George Duvivier à la basse and Mickey Roker à la batterie, est, sur ce disque, toujours détendu et impeccable, toujours excitant. Neal Hefti, qui a écrit le thème de Drôle de couple (The Odd Couple) est le compositeur du dernier titre. Scott a écrit Keep the Faith qui ouvre la face B. Un point culminant est ce que le trio joue sur On the trail extrait de la Grand Canyon Suite de Ferde Grofé. Ce disque ne doit pas encore être disponible en CD ? Pourquoi ?

Jerry Goldsmith Justine (Varese Sarabande)

C’est actuellement ma partition favorite de Goldsmith, un album essentiellement romantique et lyrique avec quelques tornades surprenantes : attaques rythmiques de autoharp, sitar électrique qui découpe la section de cordes, et venue de nulle part, une samba (qui n'est pas écrite par Goldsmith mais par Herbert W. Spencer). Ce CD de la collection Sountrack Club du label Varèse Sarabande contient l’enregistrement original de la musique du film et également un autre destiné au disque.

Naozumi Yamamoto Branded to Kill

Avant que Yamamoto ne composent la musique pour la quasi-totalité des Tora-San, leur donnant un fond musical doux et sentimental, il a écrit la musique de ce film de Seijun Suzuki avec ces gangsters fous qui se courent après pour s’entre-tuer. Le thème principal, Koroshi no blues (Le blues du tueur), est dévastateur et Makigami Koichi l’a repris avec Marc Ribot à la guitare, pour un album de 1992. Il y a plusieurs grand moments de jazz dans la partition original de Yamamoto, certains langoureux, d’autres plus up-tempo. Certains des morceaux sont purement fondés sur l’atmosphère, parsemé de petits ensembles inhabituels. Le clavecin est mis ici en vedette et j’ai toujours aimé l’entendre dans ce genre de contexte.